Des milliers de fichiers audios, vidéos et livres dans notre téléphone portable, accessible à notre convenance. Béni soit le clairvoyant qui avait vu cela venir. La numérisation d’actifs physiques a complètement transformé notre processus de consommation. Cette numérisation est loin d’être terminée, alors que celle-ci s’attarde maintenant à transformer le monde de la finance. Je prendrai en exemple aujourd’hui un secteur très pertinent pour nous tous : l’immobilier.
Le secteur immobilier représente un marché de 217 trillions de dollars américains. Il existe bien entendu, différents besoins, différents types de biens immobiliers et différentes variantes d’investissements potentielles dans ce secteur. Mais tous ont le même problème. Ils sont très peu liquides.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Mon bagage d’expérience (+25 ans) provient principalement du monde de la bourse. Sur les marchés financiers, il est relativement simple de trouver un acheteur lorsqu’on désire se départir d’un actif (une action d’entreprise ou autre produit financier). Ce sont des marchés internationaux reconnus, ou des millions de spéculateurs désirent négocier différentes valorisations dans le but d’en retirer un profit.

Il est tout aussi simple de trouver un vendeur que de se procurer un produit ou un actif. Il est important de bien comprendre que tout cela est fondé sur des valeurs perçues. Un actif peut avoir une valeur importante aux yeux de certains et une valeur faible pour d’autres. Des facteurs tels que la culture, le besoin, l’expérience ou l’historique varient d’une personne à l’autre et viennent inévitablement modifier leur perception de valeur de ces actifs.

En considérant la tension économique mondiale actuelle, un propriétaire de bien immobilier qui désire ou doit vendre son bien pour accéder à de la liquidité afin de réinvestir ou respecter divers engagements financiers, risque d’avoir très peu d’options offertes pour vendre rapidement :

  • Il doit d’abord trouver un acheteur potentiel. Cela peut être fait simplement au niveau local, voire même national, mais il est plutôt difficile d’avoir un rayonnement international. Ce rayonnement est intéressant, alors que la perception locale ou nationale peut être négative selon le contexte économique de la région, donc limite les acheteurs potentiels et risque la dévaluation du prix. À l’international, la perception peut être complètement différente. Vouloir posséder des actifs à l’extérieur de notre pays de résidence, différence de valeur d’échange (devises), etc.
  • Il doit vendre 100 % de son actif ou mettre cet actif en garantie contre un prêt. Si le bien immobilier n’est pas complètement libre de dettes, imaginez l’augmentation du risque de levier d’un nouveau prêt sur un prêt existant. Cela peut facilement se transformer en cauchemar.
  • Pour vendre uniquement un pourcentage de son bien, le propriétaire devra trouver une personne-ressource, famille ou institution prête à prendre le risque en échange de liquidités après signature d’une entente.
  • En période de crise économique, les banques serrent la vis aux emprunteurs et exige des garanties plus importantes pour pallier aux risques potentiels de défaut de paiement, alors que de l’autre côté, les investisseurs privés ont un appétit grandissant pour les actifs tangibles lorsque ceux-ci perdent confiance sur les sociétés publiques et les produits financiers spéculatifs.

Les technologies à la rescousse

Depuis la création de la technologie de chaîne de bloc (Blockchain), le marché immobilier est appelé à être transformé en profondeur. Les possibilités deviennent pratiquement illimitées. Cette technologie permet aujourd’hui de créer une version numérique d’un actif physique, ensuite négocié sur les différents marchés financiers mondiaux. Au même titre qu’il est possible d’acheter des actions d’entreprises, les investisseurs auront accès aux différents marchés immobiliers et pourront acheter en entier ou en fraction un bien immobilier. Ces produits sont déjà en cours de création.

Cette technologie est fortement prisée par les firmes d’échanges boursiers, alors que ces nouveaux produits augmenteront fortement leurs profits sur le volume de transactions. Un bénéfice énorme pour ces échanges et pour les propriétaires de biens qui pourront maintenant accéder rapidement à un bassin de liquidité international massif à moindre coût.

Votre maison pourra être achetée complètement ou en fraction sur les marchés financiers, comme la musique achetée sur l’application iTunes d’Apple. La diversité est impressionnante. Un promoteur immobilier pourra accéder à la liquidité internationale nécessaire pour mener à terme un développement immobilier (levée de fonds), un spéculateur pourra diversifier ses actifs facilement, tout cela grâce à la diversité des produits disponibles : les forêts, l’eau, les lacs, les montagnes ou tout autre bien sous forme physique maintenant devenue numérique. À terme, tout aura la capacité d’être numérisé.

L’investissement forestier sera à surveiller. De plus en plus d’entreprises cherchent à investir dans ce secteur pour recevoir des crédits carbone leur permettant de réduire leur impact environnemental et recevoir des réductions d’impôts. Les lignes aériennes sont un excellent exemple. Les métaux précieux n’y échapperont pas non plus, alors que les investisseurs chercheront la transparence et la confiance offerte par la technologie blockchain, ce que les produits dérivés d’aujourd’hui n’offrent pas.

Les accès à un marché primaire et secondaire sont la clé permettant le succès de cette technologie. Aussi révolutionnaire que peut être un produit, si personne ne sait qu’il existe, il est pratiquement inutile. La société anglaise 2030 (donc je suis investisseur depuis 2018) possède une nette longueur d’avance sur ses concurrents. Elle est réglementée par l’autorité des marchés financiers (FCA) et elle a déjà un partenariat avec la bourse de Londres, ce qui donnera aux produits financiers numériques créés par la société un rayonnement international.

Le futur continuera de nous surprendre, ces technologies joueront un rôle déterminant pour bâtir la nouvelle économie après l’implosion de l’actuelle. Pour en apprendre davantage et participer au développement de la firme 2030, ou si vous possédez des actifs tangibles en quantités importantes et désirez numériser ceux-ci, contactez- nous.

Martin Prescott

Cet article reflète uniquement mes opinions et ne doit pas être interprété comme étant des conseils financiers.